La transition écologique

O7, 2011, La transition écologique, Eres (coll. Sociologie économique), 286 p.

Cet ouvrage se propose d’expliquer le décalage entre, d’un côté, l’ampleur des problèmes socioécologiques ou l’urgence des réformes qu’ils rendent nécessaires et, de l’autre, les résultats concrets, pour le moins modestes et lents, en matière de réforme économique et sociale à orientation environnementale. Il focalise le regard sur les logiques d’action, depuis le travail des lobbies les plus organisés et des agences de légitimation jusqu’aux consommateurs - travailleurs susceptibles de défendre leur confort ou leur emploi au détriment de la qualité de leur environnement immédiat et des grands équilibres planétaires, en passant par les corps intermédiaires plus ou moins structurés. Il aborde les principales thématiques de la crise écologique sous l’angle des blocages, des conflits d’intérêts et des stratégies d’acteurs organisés qui, aujourd’hui (demain sans doute continueront-ils), dans les pays les plus riches comme dans les plus pauvres, contrecarrent les voies d’un changement socio-économique écologiquement et humainement responsables.
Pour mieux décrire la scène sur laquelle évoluent les acteurs, le livre désigne les principaux secteurs où émergent les problèmes d’environnement, tout en montrant les controverses qui les traversent ou qu’ils ont suscitées. Il décrit et interprète également la fonction et les limites de l’action publique déjà à l’œuvre : les politiques de l’environnement telles qu’elles ont été instituées depuis plus de quarante ans en France, tant via l’administration de l’environnement et ses périphéries que, surtout, à travers le maquis des normes et des mesures de protection existant déjà, quelquefois depuis longtemps. Ce n’est qu’après cette double reconstitution que l’on aborde les modalités de la connaissance scientifique des problèmes socioécologiques et leur apparente inadaptation face aux enjeux socioéconomiques concernés. L’ouvrage se termine par l’examen des conditions de préservation démocratique des milieux visant notamment à dépasser l’opposition entre croissance ou développement durable, d’une part, et décroissance, d’autre part, tout en montrant pourquoi le champ de l’économie solidaire est l’un des principaux sas vers la transition écologique.

Retour
Réalisation site : OrangeDotMedia